• Vertiges du pouvoir (2) Apogée et déclin de la mine en Nord Pas de Calais

    Le 1er épisode de « vertiges du pouvoir » commence sur cette phrase :« L’histoire se situe dans la Région d’« Absurdie », une Région dirigée par quelques barons indétrônables. Ces barons s’affichent en apparence comme étant de la même mouvance. »

    Mais avant de devenir la Région d’« Absurdie », c’était une zone industrielle principalement charbonnière qui a connu un essor sans précédent jusqu’après 2nde guerre mondiale

    Imaginez prendre place dans une machine à remonter le temps qui vous « téléporte » dans cette même région se situant au Nord de la France sous le règne de Louis Philippe qui favorise l’essor industriel.

    L’essor industriel assure la prospérité de la bourgeoisie au détriment des ouvriers. En 1847 on comptait 6 millions d'ouvriers en France. L'espérance de vie d'un ouvrier d'usine ne dépassait pas 30 ans. En 1840 à la suite de violentes grèves, la chambre des députés avait dû limiter le travail des enfants de 8 à 12 ans à 8 heures par jour.

    L’exploitation du charbon qui a déjà commencé dans le Département du Nord, arrive en 1841 dans le Département du Pas de Calais.

    Vidéos souvenirs

     

    Tant que la main d’œuvre des exploitations minières se trouvait dans la population locale, l’habitat minier restait très modeste. Avec l’extension géographique de l’exploitation minière et son intensification, la population active commence à être recrutée de plus en plus loin. Venant de l’étranger, dans un 1er temps, on voit arriver une main d’œuvre importante de Pologne.

    Le tissu urbain minier se crée alors dans une double logique de proximité avec le lieu de production et d’encadrement social. Les corons apparaissent avec leurs règles de vie. La mine loge, fait travailler, fait vivre hommes, femmes et enfants dans une discipline de fer. L’ouvrier qui ne se plie pas aux règles imposées est banni, et perd tout dans le même temps, son logement, comme son travail, comme la possibilité de faire vivre sa famille.

    Ces cités dortoirs sont également le reflet de la hiérarchie dans l’entreprise puisqu’on y retrouve différents types d’habitat répartis en fonction de la catégorie sociale, de la maison de l’ingénieur à la maison du mineur.

    Vidéos souvenirs

     

    En 1885 Emile Zola publie « Germinal », une peinture édifiante des conditions de vie des mineurs. C’est aussi l’époque de création des Chambres Syndicales du Nord et du Pas de Calais.

    A force de luttes ouvrières, les mouvances syndicales prendront de l’ampleur, la mine s’humanisera lentement :

    1890 La loi du 8 juillet institue les délégués mineur, élus, avec mission de surveiller les conditions de sécurité et d'hygiène.

    1892 Les travaux du fond sont interdits aux femmes

    1894 Loi du 29 juin qui crée les Caisses de Secours, organismes mutualistes pour la constitution des retraites et l'assurance contre les risques invalidité-maladie

    1914 25 février, institution de la caisse autonome de retraite des mineurs.

    1936 Grève générale dans les mines. Suite aux accords de Matignon, les mineurs obtiennent deux semaines de congés payes, 38 h 40 de travail hebdomadaire pour le fond, l'institution des délégués du personnel.

    ----------------------

    Après les souffrances de la guerre 1914/1918, et la phase de reconstruction, l’exploitation minière est à son apogée en 1930.

    En 1936 une grève générale éclate dans les mines. Suite aux accords de Matignon, les mineurs obtiennent deux semaines de congés payes, 38 h 40 de travail hebdomadaire pour le fond, l'institution des délégués du personnel.

    A la veille de la 2nde guerre mondiale, le bassin minier du Nord Pas de Calais produisait 60% de la production française de charbon.

    Après la guerre, le Général de Gaulle et Maurice Thorez décrètent en 1945 la mobilisation des mineurs et lancent la bataille du charbon. C'est l'union sacrée des communistes et du chef de la France libre pour relever le pays.

    Déjà inscrit dans le programme de la résistance et réalisée par échelons successifs à partir de la libération du territoire, la nationalisation de l'industrie charbonnière française reçoit sa forme définitive avec la loi du 17 mai 1946 portant création de Charbonnages de France et de neuf houillères de bassins dont les Houillères du bassin du Nord et du Pas-de-Calais

    Les mineurs gagneront cette bataille et contribueront, dans des conditions terribles de pénurie,au relèvement économique du pays.

    En 1946 La silicose est reconnue maladie professionnelle. Généralisation de la Sécurité Sociale Minière.

    -----------------------------

    De 1950 à 1960, le Bassin connaît une période de modernisation et de gains de productivité mais sans marge financière,les résultats financiers se dégradent face aux concurrents vendant du gaz naturel ou du pétrole.L'inquiétude gagne le pays minier.

    La population inquiète manifeste, des mouvements de grève sont lancés. Les grèves de 1948 se traduisent par le licenciement de près d’un millier de militants syndicalistes. Dans plusieurs puits la CGT est décapitée mais se relèvera après les prises de décisions gouvernementales d’arrêter l’embauche.

    Les grèves de 1963 génèrent un véritable élan de sympathie en faveur des mineurs. Les organisations syndicales recevront l’assurance du maintien des droits acquis en matière de logement.

    Il faut noter l’imbrication syndicale et politique. Ainsi avec la CGT, le parti communiste a une position hégémonique dans les fosses.

    Coté socialiste, les militants s’appuient sur des groupes sociaux plus large (employés, professions intermédiaires, commerçants et artisans notamment). Leur influence est prépondérante au sein des amicales laïques, des syndicats d’enseignants, des fédérations de parents d’élèves, du syndicat Force ouvrière.  Le parti Socialiste profite du dynamisme du monde enseignant particulièrement investi dans la vie associative.

    Politiquement, « Le gâteau » des nombreuses communes du bassin minier est partagé entre les communistes et les socialistes. L’ancrage à gauche est donc un élément de l’histoire du bassin minier.

    A partir de 1967, on entre dans une période de décroissance de la production charbonnière extrêmement rapide. Cette évolution amènera  tous les responsables (gouvernement, syndicats, dirigeants des Houillères) à prendre conscience de la nécessité d’organiser la fin de l’exploitation du charbon.


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :