• Une rencontre importante

    Gérard en correctionnelle ! Mais qui est cet homme par qui le désastre s’est abattu sur la ville d’Hénin Beaumont avec un tel acharnement.

    La voix du nord

    Actualité Région

    Dalongeville : l'homme par qui la faillite héninoise est arrivée (1/2)

    Publié le 21/11/2009 à 05h04

    http://www.lavoixdunord.fr/Region/actualite/Secteur_Region/2009/11/21/article_l-homme-par-qui-la-faillite-heninoise-es.shtml

    « Au départ(Dalongeville) était un garçon débrouillard, débordant d'idées et d'empathie pour les gens... Après une prime jeunesse passée en Seine-Saint-Denis, le voilà, débarquant, adolescent, à Ervillers, tout près de Bapaume, où sa maman ouvre un café-restaurant dans l'ancienne boucherie familiale.

    Le jeune Gérard Dalongeville y bout très vite de l'envie d'organiser la vie du village. À telle enseigne qu'en 1989, à peine âgé de 19 ans, l'étudiant en sciences éco intègre une liste aux municipales, sous la houlette d'un cousin, Barthélémy Bizart, afin de déboulonner le maire sortant.

    Arborant déjà son célèbre collier de barbe, le jeune Dalongeville se lance alors à corps perdu dans sa délégation au sport. Ce sont là, officiellement, ses premiers pas dans la vie politique même si, quelques années plus tard, M. Dalongeville s'inventera, au fil des entretiens, une carte au PS dès l'âge de 16 ans ou une participation en 1988 aux cantonales, sous l'étiquette socialiste face à un lieutenant de Jean-Paul Delevoye. Duel qui n'a existé que dans ses rêves... »

    Ce petit résumé d’une entrée en politique nous laisse entrevoir le sujet comme un mégalo qu’il est déjà, imbu de sa personne, orgueilleux et menteur à souhait pour se mettre en valeur.

    Dans DICOPSY.com, la mégalomanie est présentée comme :

    1. 1)   Délire de grandeur égocentrique dans lequel toute chose est conçue comme étant ou devant être subordonnée à la personne du mégalomane. La mégalomanie est fréquente dans la manie et la paranoïa. C'est une conséquence d'un narcissisme poussé à l'extrême.
    2. 2)   Surestimation délirante de ses capacités personnelles. La mégalomanie peut s'exprimer sur les plans physiques, sociaux, intellectuels, etc... Le sujet mégalomane peut se croire investi d'une mission divine, vouloir devenir roi...

    Gérard Dalongeville quittera sa petite campagne pour s'attaquer à la capitale lilloise. « Notre homme prend alors en ligne de mire le conseil régional, où il a déjà effectué un stage d'été. Faisant preuve de trésors de diplomatie et de charme, l'étudiant assiège les secrétaires de trois vice-présidents emblématiques du PS dans le Nord - Pas-de-Calais : Daniel Percheron, Serge Janquin et Umberto Battist. « Il discutait tout le temps avec nous, nous apportait des roses et l'on sentait bien qu'il avait une fascination pour Daniel Percheron qu'il voulait à tout prix rencontrer », raconte l'une d'entre elles. »

    GD portrait 2

    « L'homme se fait tellement insistant que l'élu liévinois (s’agit-il de Daniel Percheron conseiller municipal de Liévin de 1977 à 2001 ou de Jean-Pierre Kucheida ?) finit par le recevoir. »

    « Ne pouvant lui fournir d'emploi, il l'aiguille alors vers un jeune et brillant maire qui vient d'être élu à Hénin-Beaumont. « Va voir Pierre Darchicourt de ma part ! », confie-t-il à l'apprenti Rastignac, qui ne se fait pas prier pour frapper à la porte de celui qui, à Hénin-Beaumont, a su mettre ses pas dans ceux du « monument » Jacques Piette et vient également d'être nommé vice-président à la Région. »

    « La recommandation de Percheron fait mouche puisque le maire d'Hénin-Beaumont trouve illico presto un poste au jeune homme au sein d'une société d'économie mixte » (la SAEMIC Société d’économie mixte qu’il fera disparaitre).

    « Zélé et cherchant vite à se rendre indispensable, Gérard Dalongeville n'y fera pas de vieux os, se retrouvant rapidement propulsé au cabinet du maire, alors dirigé par l'efficace Anne de Coupigny.

    Dès son arrivée au cabinet Darchicourt, l'enfant d'Ervillers commence à mettre au point la stratégie qui lui assurera un succès foudroyant. Déployant des tonnes d'empathie pour les uns, de petites attentions pour les autres, l'attaché de cabinet focalise toutes les attentions et tire dans l'ombre les ficelles d'un jeu cruel dont la directrice de cabinet de Pierre Darchicourt fera rapidement les frais. »

    Tout a déjà été dit sur cette période sulfureuse de l’habile vengeance d’un dir’cab mis à la porte sur son mentor Pierre Darchicourt. Tout a déjà été dit sur la conquête de la Mairie d’Hénin Beaumont par Gérard Dalongeville par des alliances avouables ou non…

    « Une nouvelle ville est en marche, promet son slogan. Mais à quel prix... Les clés de l'hôtel de ville d'Hénin-Beaumont en main, le nouveau maire se concentre sur une priorité : assurer ses arrières puisqu'après six mois à la mission gaz-électricité, il a dû lâcher son job de commercial au sein de l'agence Marianne Communication. »

    Diapositive2

    « Très vite, une rencontre va faire basculer sa vie. Au coeur de l'été 2001, Fréquence Nord parraine une tournée qui a été déléguée à un certain Guy Mollet, un « faiseur » d'affaires à la sulfureuse réputation usée essentiellement dans le milieu cycliste. Du Groupement au CC Wasquehal en passant par le Grand Prix d'Isbergues, notre homme, roué comme pas un, madré et possédant un carnet d'adresses épais comme un Bottin, est aussi connu que redouté. »

    « Un profil de roublard sympathique, toujours prêt à monter une affaire ou recommander une combine sur le fil du rasoir, qui fascine le nouveau maire d'Hénin-Beaumont. Mais il faudra attendre une année pour qu'un « deal » finisse par les unir. Mollet reprend en main un hebdo gratuit, Hénin Info, le métamorphosant en Journal du pays, bras armé de la propagande dalongevilienne et de premières petites affaires en famille. »

    « Le contrat est simple, Dalongeville déléguant au JDP la communication municipale au rythme de plus de 14 000 euros par mois... Un passage « publicitaire » quasi obligatoire pour les entreprises travaillant régulièrement pour la ville. »

    Diapositive1

    « Dalongeville, quant à lui, endosse dans l'ombre le rôle de rédac'chef de l'hebdomadaire dont il relit à la loupe chaque épreuve. le « la » pour les premières relations entre Gérard Dalongeville et les entreprises amenées à travailler pour Hénin-Beaumont, contacts scellés via des accords déroutants. C'est ainsi que, petit à petit, disparaîtront du matériel de la ville à des tarifs prohibitifs. Ce sera le cas pour une balayeuse, un pont lumineux... »

    « Entre la ville et certaines entreprises frappant à la porte, le contrat de confiance est pour le moins particulier, se réglant très souvent en toute discrétion lors d'une rencontre avec l'adjoint aux finances, avant qu'un autre élu n'entre dans la danse. Dans un premier temps, les « deals » sont passés directement à l'hôtel de ville avec une partie officiellement réglée s'accompagnant d'un droit d'entrée en liquide qui prenait la direction du coffre-fort majoral. »


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :