• « Trahisons » clame Dalongeville

    Après les législatives 2002, le climat devient des plus tendu entre le Maire et son DGS. Richard s’en plaindra régulièrement auprès de son ami Georges Bouquillon qui fera tout pour lui trouver une porte de sortie honorable.

    Avec son aide et l’aide de Jean-Marie Alexandre lui-même, Richard Gonzales trouvera un poste de Directeur à la Vie Active

    VDN relatera l’épisode éprouvant « du jour de la fête de la musique où Dalongeville lui passera un savon carabiné dans son bureau, hurlant tellement fort que les services comme les visiteurs n’auront rien pu manquer de cette méga engueulade. (Douze ans de descente aux enfers du PS Héninois (10).

    Richard à bout de souffla lâchera officiellement la barre en octobre 2002. Et d’ailleurs rien ne va plus entre Dalongeville et le Mouvement Des Citoyens. La tension monte entre le Maire et Georges Bouquillon, confident de Richard Gonzales et qui a eu connaissance de nombreux éléments troublant sur la gestion majorale de la ville.

    Richard a connaissance d’un courrier du Sous Préfet qu’il livrera à la presse parlant déjà de mise sous tutelle de la ville.

    Tous les prétextes seront bons désormais pour faire sauter Georges Bouquillon, jugé comme un traitre. Dans le fonctionnement de Gérard Dalongeville, dans sa paranoïa maladive, il faut bien que quelqu’un paye pour cette trahison.

    Les verts et le communiste Jean-Bernard Deshaye quitteront ce soir là la salle du Bureau Municipal en solidarité avec Georges Bouquillon.

    Georges Bouquillon affirmera dans Nord Eclair du 5 décembre 2002 : «  La cassure est définitive. En ce qui me concerne, il est hors de question que je rejoigne ce personnage. C’est irréversible »

    Parole donnée, parole tenue…Jusqu’au bout Bouquillon mènera un combat ardent contre Dalongeville et sa gestion calamiteuse.

    Dans la voix du Nord du 8 décembre 2002 « Jean-bernard Deshayes se refuse à jouer au va t-en guerre » « Georges a choisi de siéger dans l’opposition. Le rejoindre n’est pas encore à l’ordre du jour »

    Après avoir demandé dans l’article repris par Nord Eclair le 17 janvier 2003 la démission de G. Dalongeville, Jean-Marc Bureau, Guy Haudrechy et Marie-Claude Duchateau quittent le groupe majoritaire au Conseil Municipal. Dans la foulée, ils lancent un appel à l’union de la gauche.

    Cette union sera officialisée le 12 février 2003 par la création d'un groupe d'opposition municipal qui appelle toutes les forces de gauche à les rejoindre, avec la certitude du ralliement de George Bouquillon MRC (Mouvement Républicain et Citoyen) ex MDC.

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :