• Redressement des finances communales

    Dalongeville règle ses comptes avec la Chambre Régionale des Comptes.  

    VDN du 4 octobre 2006 : « Les nuages noirs quittent enfin les cieux héninois après trois années de tourmente financière stigmatisées par une injonction de la CRC de mettre en œuvre un plan drastique de redressement. Deux années de serrage de ceinture et de sévère augmentations des taxes auront finalement permis un retour à l’équilibre aujourd’hui confirmé par la CRC qui rend enfin sa liberté aux finances communales. »

    « Néanmoins, si la Chambre prend acte de ce retour des finances communales vers les rivages de la sérénité, elle n’en profite pas moins pour effectuer quelques séries de recomandations à la commune afin que celle-ci ne retombe pas dans les travers passés.

    -         Poursuite de l’effort d’économie engagé sur les charges générales et courantes de fonctionnement

    -         Conduite d’une politique de gestion des ressources humaines à long terme avec pour objectif de contenir puis de réduire la proportion prise par les rémunérations dans la section de fonctionnement.

    -         Souci d’une politique prudente d’investissement en excluant si possible le recours à l’emprunt en raison du montant de la dette (44.5M€ au 31/12/2005) qui représente 132% des prévisions réelles de recettes de fonctionnement du budget 2005.

    -         Poursuite des efforts accomplis pour améliorer la fiabilité de ses prévisions et de ses documents budgétaires. »

    Un Conseil Municipal se tenant à la même date est organisé pour l’examen des décisions budgétaires modificatives et le rapport de la CRC ne devait originellement pas faire débat. Pourtant le PS Jean Luc Lottegier fécilitera Gérard Dalongeville pour le redressement des finances communales…

    Moins enthousiaste viendra ensuite le rappel de Georges Bouquillon sur l’augmentation axorbitante des taxes. Steeve Briois stigmatisera une nouvelle fois les dépenses de fonctionnement depuis 2001, évoquant des cieux héninois non dégagés mais encombrés de « cumulus » annonciateurs de douche froise.

    Au cours de cette décision modificative un nouvel appel de fonds est soumis au vote de l’assemblée sous la forme de :

    -         1 338 000€ pour des charges de personnel

    -         1.2 M€ d’emprunts

    Un rassemblement d’importance se profile à l’horizon des municipales  sous la signe du ni,ni ; Ni Briois, Ni Dalongeville parce qu’entre la peste et le choléra, pas de choix possible !


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :