• « Percheron, trahison ! » lancera un anonyme

    Une cérémonie des vœux 2005 surprenante : l’accueil en Mairie vers les salons d’honneur est assuré par un trio de poids Gérard Dalongeville bien sûr, puis Daniel Percheron un Président de Région conquis, et Jean-Pierre Kucheida un Député Maire ne tarissant pas d’éloge pour son poulain.

    Gérard Dalongeville prendra le premier la parole ponctuant son discours par de nombreux « merci Monsieur le Président ». Le contexte économique ayant fait de 2004 une année sous haute tension n’est plus à l’autre du jour…passé révolu, déjà ??? Le 1er magistrat s’attachera à rendre hommage à « une population héninoise courageuse, fière de sa ville mais aussi confiante en son Président… »

    Percheron succédant au Maire à la tribune déclare qu’Hénin Beaumont est une ville « tout sauf ordinaire, une de ces villes qu’il convient de réinventer. «Ces villes» nées par l’industrie, pour l’industrie, elles sont bien évidemment restées lorsque les industries sont parties. Nous prenons donc la responsabilité, tous ensemble, de réinventer nos villes ».

    Tiens ! Une banderole au fond de la salle se déploie dés que le Président veut prendre la parole, pour rappeler la médiocre santé financière héninoise. Dans le couloir, quelqu’un hurle « Percheron, trahison ! »

    Stoïque la Président déclame son discours avec conviction sur l’avenir du bassin minier, « de ces zones de conversion puisque l’emploi ne repousse pas, ne revient pas naturellement après un désastre ».

    En conclusion, le Maire dans son appel à l’unité, déclare : « vous savez, on n’est pas impunément sur une tribune à Hénin Beaumont. Au rendez-vous d’une ville qui envisage son futur dans l’unité ! »

    Étrange message qui, sorti de son contexte de l’époque, et déclamé sous l’éclairage d’une actualité douloureuse pour la Fédération, prend un sens particulier. En 2010 c’est l’entrée tonitruante du FN dans l’Assemblée Régionale. Aujourd’hui c’est une fédération sous haute surveillance. Aujourd’hui Jean-Pierre Kucheida n’est plus député, il n’est plus Maire…Trahison, trahison en toile de fond !

    Heureusement, l’opposition reste très active et parvient en ce début d’année à obtenir un rapport de la chambre régionale des comptes qui est entre les mains du Maire depuis le 3 décembre 2004. La presse s’empare de l’information en ce 16 janvier 2005 en titrant « Carton jaune pour P. Darchicourt…Rouge pour G. Dalongeville.

    13 pages d’un rapport explosif concernant la gestion de la ville de 1998 à 2002. Les deux ordonnateurs successifs au cours de cette période n’ont pas respecté les règles de gestion budgétaire.

    La CRC pointe un total de charges de fonctionnement en augmentation de 98 à 2002 de 46%, une chute vertigineuse de l’autofinancement brut réel. S’agissant de la charge de personnels, l’évolution atteint +69.54% pour les agents titulaires. C’est aux services techniques qu’on note la plus forte hausse de recrutement dans la catégorie C soit 75% alors que le nombre de cadre A est en baisse soit de moins en moins de manageurs. Ces augmentations sont d’autant plus inexplicables que le recours à des consultants extérieurs augmente…ce qui pourrait être fait en interne est réalisé par des entreprises privées ce qui revient cher.

    Il y a les apparences et la réalité. Le déficit apparent présenté par la commune dans le Compte Administratif 2002 s’élevait à 4,8M€, le déficit réel global et consolidé est de 11.8M€. Dans le même temps la commune a augmenté son endettement pour rembourser la capital de ses emprunts. Conséquence, l’encours de la dette d’emprunt par habitant atteignait fin 2002 la somme de 1726€ par habitant, soit 76% de plus que la moyenne régionale des communes de la même strate démographique.

    La CRC déplore le manque d’informations données au Conseil Municipal.

    Ce n’est que le début d’une longue histoire d’un Maire marionnettiste actionnant toutes les manettes du pouvoir. Les années électorales durant lesquelles G. Dalongeville briquera un mandat comme en 2002 (député) et en 2008 (maire) seront lourdes de conséquences sur la gestion catastrophique d’une commune au bord du gouffre.


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :