• La terrible claque des 85 % de hausse des impôts locaux

    Le cèdre bleu, ce haut lieu de la négociation, sera le lieu des prémices de nombreuses affaires et escroqueries. Qui en est la 1ère victime, c’est le contribuable Héninois qui dés 2004 trouvera la note bien salée.

    2004, la situation est alarmante. En fin d’année dernière, Gérard Dalongeville affirmait : « je procéderai à la hausse de la fiscalité locale comme dernier levier » Et bien, il ne fait pas dans la dentelle notre Maire. Lors du Conseil Municipal du 26 mars 2004, pour l’examen du budget primitif et du compte administratif, intervient la terrible annonce : le taux de la taxe d’habitation passe de 14.11 à 26.10 points SOIT UNE HAUSSE DE 85% ! Toutes les personnes imposables seront touchées. C’est une véritable catastrophe pour nombre de foyers Héninois. L’opposition votera contre cette hausse ignoble.

    Marie-Claude Duchateau, au nom des verts s’exclamera : « Les masques tombent, la vérité éclate. Les contribuables vont payer la facture ! Un foyer qui payait 479€ de taxe d’habitation en 2003 devrait payer 731 € en 2004.

    Bouquillon en appelle à un sursaut de conscience de ses anciens camarades communistes… en vain…

    En dépit de ce climat très virulent par rapport aux décisions du Maire, le PS poursuit son rapprochement. Gérard Dalongeville va-t-il réintégrer de la Fédération du Pas de Calais ??? Les réactions s’enchainent…

    Suivant les consignes de la fédération, les deux PS, Jean Luc Lottegier et Guy Flament annoncent le 23 mai 2004 leur retrait du groupe PS Verts « Une nouvelle gauche pour Hénin ». Ils se rapprochent ainsi de la majorité municipale.

    Incroyable tournant…Quelles conséquences pour la section PS Héninoise ? Duquenne et son équipe avaient préparé un « quatre pages » dénonçant l’augmentation des impôts dans la ville mais la Fédération refusera tout simplement de l’imprimer avant de se raviser pour donner un accord sur un document largement édulcoré.

    La coupe est pleine. La décision de Christine Coget est ferme et rapide : elle quitte le parti socialiste. « Aujourd’hui, si je quitte le PS c’est pour pouvoir retrouver ma liberté d’expression et ma crédibilité envers les Héninois… »

    Daniel Duquenne quand à lui maintient son cap d’opposant à Dalongeville.

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :