• La grande question de l’année 2003 : la ville sera-t-elle placée sous tutelle ?

    La CRC en Mairie épluche scrupuleusement les comptes de la ville. Le budget est en déficit de près de 25%.

    Monsieur Isart insiste sur la nécessité d’un Directeur financier pour la ville. Dés le mois de juin la régie des dépenses du Maire est bloquée sur ordre préfectoral.

    Le Préfet joue sur les mots : on ne parle plus de tutelle depuis les lois de décentralisation mais de contrôle de légalité ou de contrôle budgétaire ;

    « Si la municipalité n’avance pas dans le sens souhaitable, le Préfet s’en charge lui-même avec la CRC » dira Cyrille Schott, Préfet du Pas de Calais. « Hénin est, je le pense en capacité à remettre les choses en état. »

    On peut s’étonner de cette position préfectorale mais il ne faut oublier qu’elle s’affiche un an après l’élection Présidentielle de 2002 où l’ombre du FN a plané sur la France. Le FN si présent à Hénin Beaumont pourrait avoir des prétentions sur la ville si de nouvelles élections municipales étaient devenues nécessaires après une suspension du Maire dans un climat plutôt défavorable pour la majorité en place.

    D’ailleurs les élus de l’opposition s’alarment de la mauvaise santé des finances de la ville. Peut-être maladroitement en quittant le Conseil Municipal lors du vote du compte administratif 2002…Effet pervers : le compte administratif est voté à l’unanimité.

    Sous prétexte d’améliorer les finances de la ville, mais surtout pour se faire bien voir de ses amis socialistes, Gérard Dalongeville décide de la reprise de la SAEMIC par Artois développement, pour « une bouchée de pain », 1 098 160€. Or la SAEMIC s’est une gestion de pas moins d’un millier de logements miniers ;

    La petite histoire veut que en 2001« Devenant de droit président de la SAEMIC, gérant un important patrimoine immobilier, il envisage alors de salarier cette fonction. Un tour de passe-passe qui ne peut s'effectuer que si le conseil d'administration donne son feu vert... ainsi que le conseil municipal. Il refusera cette double humiliation. » (VDN L’homme par qui la faillite héninoise est arrivée.). On pourrait croire que si le patrimoine minier ne lui rapporte rien, alors il n’en a que faire.

    La CRC annonce 12 millions de déficit.

    « Cependant Gérard Dalongeville reste serein. Il s’engage à régler cette dette sur le délai qui lui est imparti… »2004,2005,2006…

    Extrait de VDN Douze ans de descente en enfer du PS Héninois (16) :

    « C'est reparti pour la suite du décodage des années de braise héninoises. Nous avions laissé Gérard Dalongeville avec une méga-patate chaude en mains, nommée rapport de la chambre régionale des comptes. Un constat sans concessions des magistrats financiers mettant la Ville devant ses affres et un monstre créé pendant les trois premières années du mandat Dalongeville... à savoir un déficit de 12 M E ! Et ce ne sera malheureusement pas le dernier… »

    « Offrant un plat qu'il servira à nouveau généreusement, des années plus tard, devant juge d'instruction et juges financiers, le maire mettra bien évidemment la situation financière catastrophique de la ville sur le compte de son prédécesseur : «  J'ai sans doute été trop gentil en arrivant aux affaires ! », avance-t-il alors dans une incroyable plaidoirie non-coupable, stigmatisant « les pratiques d'une autre époque concernant les marchés publics » - de quoi laisser sans voix lorsqu'on additionne les marchés frauduleux que compileront les enquêteurs de l'affaire héninoise quelque cinq ans plus tard - et rappelant le nombre impressionnant de fournisseurs de l'ère Darchicourt qui n'avaient pas été payés à son arrivée en mairie (en 2009, ses successeurs en trouveront bien plus sur leur chemin !) Alors que l'on subodore que la facture devrait être salée pour le contribuable héninois (le maire laisse alors entendre vouloir rembourser 4 M E par an), la Ville s'apprête à accueillir un nouveau directeur général des services. Et, alors que Gérard Dalongeville explique ne pas comprendre que personne ne postule à la succession de Richard Gonzales (en fait, les candidatures étaient alors mises à l'écart par le maire lui-même, histoire de conserver le contrôle du jeu), c'est un cadre du privé qui arrive en mairie pour faire office de DGS. »

    « Quoi de plus normal que de faire gérer des procédures administratives complexes lorsqu'on a le gendarme financier sur les reins par quelqu'un qui ne connaît que le monde du privé ! »

    « Et du côté PS ? On imagine voir le groupe municipal tirer à boulets rouges sur l'incurie dalongevilienne. Il n'en est rien... En effet, en cette fin 2003, après le geste apprécié de la fusion de la SAEMIC dans Artois Développement, Gérard Dalongeville n'a plus rien d'un ennemi irréductible du côté des instances PS. Et Daniel Percheron, en excluant Pierre Darchicourt de la liste régionale PS de 2004, en donnera la meilleure des preuves. »

    « Paradoxale situation alors que Dalongeville est fragilisé comme jamais par le rapport de la CRC... Et pourtant, Jean-Luc Lottegier est alors chargé par la fédération de jouer l'interface entre la fédé PS et le plus si vilain Gérard Dalongeville. D'où une foutue pagaille le soir du conseil municipal dédié à la CRC où, alors que les Verts vilipendent la gestion Dalongeville, tout comme la socialiste Christine Coget,

    le duo Lottegier-Flament est, lui, tout en modération, freinant des quatre fers pour ne pas employer de mots blessants : « Ce fut le début d'une période difficile à vivre car, à la fédération, on m'avait alors carrément demandé de me rapprocher de Gérard Dalongeville. Ce que j'ai fait. Et, très vite, celui-ci me fera la proposition de devenir adjoint, ce que j'ai toujours refusé... Il y a eu alors dans la foulée une grande discorde, avec Daniel Duquenne, que je regrette aujourd'hui. Tout ça a commencé lorsque Daniel s'est rapproché de Georges Bouquillon, qui voulait absolument régler ses comptes avec Dalongeville et tout est alors parti en vrille ! » »


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :