• Hénin-Beaumont : l'ex-maire jugé dans une affaire de fausses factures

    Par La rédaction de RTL.fr , AFP | Publié le 25/05/2013 à 10h06

     

    http://www.rtl.fr/actualites/info/politique/article/henin-beaumont-l-ex-maire-juge-dans-une-affaire-de-fausses-factures-7761692415

    Hénin-Beaumont : l'ex-maire jugé dans une affaire de fausses factures

    Par La rédaction de RTL.fr , AFP | Publié le 25/05/2013 à 10h06

    politique - justice - nord

    L'ancien maire PS d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Gérard Dalongeville, comparaît à partir de lundi dans une affaire de fausses factures présumées.

    L'ancien maire d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Gérard Dalongeville, comparaît à partir de lundi devant le tribunal correctionnel de Béthune dans une affaire de fausses factures présumées, pour laquelle l'ex-élu veut faire citer comme témoin le président François Hollande. Gérard Dalongeville, 42 ans, maire de 2001 à 2009, un temps sous l'étiquette socialiste, est renvoyé pour "détournement de fonds publics", "faux et usage de faux", "favoritisme" et "corruption", des faits qu'il conteste.

     
    Après les affaires Cahuzac, Andrieux, Guérini et Kucheida, c'est un autre dossier qui embarrasse le PS, d'autant que l'ex-maire d'Hénin-Beaumont a dénoncé lui-même publiquement un "financement occulte" dans le Pas-de-Calais
    , et appelé François Hollande à témoigner à la barre, en tant qu'ancien Premier secrétaire du parti à l'époque des faits, estimant qu'il ne pouvait pas "ne pas savoir".

    Le montant des fausses factures pourrait atteindre 4 millions d'euros

    La justice soupçonne Gérard Dalongeville d'avoir mis en place - avec son ancien Premier adjoint chargé des finances de 2001 à 2008, Claude Chopin, et un homme d'affaires, Guy Mollet, également renvoyés - un système de fausses factures entre 2006 et avril 2009, au bénéfice de sociétés qui n'ont jamais honoré les prestations correspondantes. Leur montant pourrait atteindre quatre millions d'euros.

    "On me reproche des dépôts d'argent sur mon compte, d'avoir effectué plusieurs voyages à l'étranger... Au tribunal, ça va tomber. Je ne me suis pas enrichi", se défend Gérard Dalongeville, argumentant que les enquêteurs n'ont trouvé "ni piscine, ni tableaux" lors de perquisitions.
    "En quoi ces délits sont-ils imputables à Gérard Dalongeville ? Il n'était pas responsable des marchés, d'autres que lui étaient titulaires de délégations. (...) Sans doute peut-on lui faire la critique de ne pas avoir surveillé ces personnes", souligne son avocat, Me Francis Terquem.

    Pour l’ancien maire, un seul homme se trouve derrière les marchés publics passés par la mairie, Claude Chopin, "en place depuis trente ans", l'argent récolté étant destiné, selon Gérard Dalongeville, à alimenter les caisses du PS local, et financer notamment les campagnes électorales.

    Le financement du PS, y compris via le Luxembourg, c'est un système qui est organisé de longue date (...), mais on ne veut pas l'entendre à Béthune  Gérard Dalongeville

    "M. Dalongeville a d'abord dit qu'il n'était au courant de rien. Puis son système dedéfense a été de tout mettre sur le dos de son Premier adjoint", remarque Me Blandine Crunelle, le conseil de Claude Chopin, 79 ans. Ce dernier "assume avoir signé un certain nombre de factures, mais conteste complètement les accusations de financement occulte, étayées par aucun élément du dossier. (...) Malgré des soucis de santé, il tient impérativement à avoir cette nouvelle confrontation avec M. Dalongeville et M. Mollet", poursuit-elle.

    "Le financement du PS, y compris via le Luxembourg, c'est un système qui est organisé de longue date (...), mais on ne veut pas l'entendre à Béthune", assure l'ancien maire, qui a dénoncé auprès de la juge chargée d'instruire son dossier, puis dans un livre, Rose Mafia
    , des malversations au sein de son ancien parti.

    Questionner le financement du PS : "une manière de détourner un petit peu l'attention"

    "On est dans un système dans lequel aucune règle du code des marchés publics n'est respectée (...). Peu m'importe les raisons, celui qui a passé le marché c'est bien la commune d'Hénin-Beaumont à ce moment-là, et le responsable c'est bien le maire. C'est ça le débat. Ce n'est pas autre chose et ce n'est certainement pas le financement du Parti socialiste", fait valoir Me Charlotte Feutrie, avocate de la commune d'Hénin-Beaumont, partie civile au procès.

    Accuser le PS de financement occulte est "pour M. Dalongeville une manière de détourner un petit peu l'attention"
    , estime-t-elle, ajoutant que la commune va réclamer aux différents prévenus - vingt-et-un au total, dont les gérants des sociétés incriminées - un "préjudice, matériel comme moral, estimé à plusieurs millions d'euros".

    Mis en examen en avril 2009, un an après sa réélection face à Marine Le Pen (FN), puis révoqué en Conseil des ministres et exclu du PS, Gérard Dalongeville a été écroué pendant huit mois, avant d'être remis en liberté sous contrôle judiciaire en janvier 2011. L'ex-élu socialiste encourt 10 ans de prison. et 150.000 euros d'amende. Le procès doit durer jusqu'au 14 juin.


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :