• 2003 Non je ne démissionnerai pas !

    Le 21 janvier 2003 à la cérémonie des vœux, Gérard est bien mal à l’aise. La levée de bouclier d’une opposition naissante engage son avenir aux commandes de la ville.

    En fin stratège, c’est la solidarité de la ville avec  les salariés de Metaleurop menacés de licenciement que le Maire mettra à l’ordre du jour.

    Pourtant il lâchera à son opposition l’affirmation qu’il ne démissionnera pas et n’hésite pas à afficher un bilan positif de l’action municipale… « Vous passez devant tous les jours et en 2003 vous repasserez devant tous les jours. Donc vous verrez ce qui se fait et ce qui se fera. Et cela vaut plus que les vilaines rumeurs ! » Dira Dalongeville.

    Mais ces rumeurs, quelles sont-elles ? Un taux d’endettement abyssal et l’ombre du Préfet et de la Chambre Régionale des comptes….

    Coté services, c’est la frénésie totale. Il faut faire des économies et chaque service est audité. Jusqu’alors, impossible de produire un budget en équilibre ! Sur ordre, la seule solution trouvée est de produire un budget au 9/12éme. Les montants inscrits au budget primitif concernent les neuf premiers mois de l’année. La décision modificative de fin d’année permettra un rééquilibrage : c’est du moins l’argument retenu.

    Cette procédure est totalement illégale et nous le savons mais pourtant nous obéissons. Si au moins les économies prévues sont réalisées…Quelle erreur !

    Un exemple marquant est le fait que l’acquisition du cèdre bleu ne pouvait se faire en 2003 selon analyse. Tout le monde sait maintenant ce qu’il est advenu et comment le montage du dossier a été réalisé mais nous y reviendrons.

    Le Conseil Municipal du 9 mars 2003 sera le théâtre d’un incroyable retour en force de Dalongeville.

    GD proposera aux conseillers municipaux un rapport financier émanant du trésorier payeur sur les finances locales en 2001, « mettant en avant d’anciennes pratiques financières ayant conduit à des irrégularités de bilan et une sous estimation de la dette ».

    La Voix du Nord du 10 mars 2003 annotera « une révélation pendant laquelle on aurait pu entendre une mouche voler sur le banc du groupe PS.

    Puis la réunion du budget primitif qui suivra verra une majorité aux ordres qui votera « d’un seul homme » le précieux document budgétaire.

    Normalement un budget est réalisé pour l’année en cours. Que dire alors lorsque les impayés de l’année 2002 sont arrivés comme un boomerang sur une situation déjà particulièrement scabreuse. La ville était quasiment en cessation de paiement.

    Et puis apparait un homme providentiel, Monsieur Cuvillier, venu nous annonça t-on bénévolement redresser la barre des affaires financières de la ville.

    Il m’est alors demandé de ne plus m’occuper des finances de la ville.

    En ce printemps 2003 arrive dans nos murs Monsieur Christian ISART, missionné par la Chambre Régionale des Comptes à la demande du Préfet.

    C’est par caisses entières que les documents financiers de la ville transitent à la CRC.

    Le Maire essayera bien de le manipuler lors de ses entretiens mais en vain, on ne la fait pas à cet homme issu de la Territoriale. Du cabinet aux services, chaque cadre est entendu…


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :