• 16 octobre 2004 Le vent de la révolte

    C’est un record qui vient d’entrer dans les annales Héninoises depuis le 26 mars 2004 et un Budget Primitif entérinant une hausse de 85% de la part communale de la taxe d’habitation. Gérard Dalongeville se retrouve face à une population en colère même s’il affirme « que dans leur immense majorité, les Héninois ont compris que nous y étions contraints »

    Et de regretter simplement de « n’avoir pas su communiquer pour expliquer les raisons de cette hausse et le plan d’économie sui suivra. »

    Mais il affirme : «  la TH, on y touchera plus, tout au moins à la hausse. Toutefois, je n’exclue pas que d’ici 2007 on puisse faire évoluer les taux à la baisse. »

    Tiens, tiens…et que doit-il se passer en 2007,…de NOUVELLES MUNICIPALES !

    Pauvre Daniel Duquenne, il voudra prendre le poult de la population par l’initiative d’une pétition contre les impôts locaux. En une seule journée, trois cent Héninois y apposeront leur signature rien que dans le quartier du Bords des Eaux. Malheureusement cette pétition n’est pas du goût de la Fédération PS du Pas de Calais.

    On ne parle pas encore de la section héninoise canal historique … mais cela arrive à grand pas

    Christine Coget a, quant à elle, repris toute sa liberté de parole dans son action communale en qualité d’élu au Conseil Municipal. Les signataires sont à des années lumière du rapprochement avec le PS souhaité par Gérard Dalongeville. Ils veulent : « MENER UN NOUVEAU COMBAT FACE AU RACKET DE M. DALONGEVILLE. 85% D’AUGMENTATION ALORS QUE NOTRE VILLE EST VICTIME DES FERMETURES D’ENTREPRISES, DES LICENCIEMENTS ET DES PLANS SOCIAUX. QUELLE TRAHISON…QUEL MENSONGE…IL EST URGENT DE RÉAGIR IMMÉDIATEMENT POUR METTRE UN COUP D’ARRÊT A CETTE POLITIQUE MUNICIPALE QUI MÉPRISE LES PLUS FAIBLES… »

    La pétition recueillera 1600 signatures.

     

    Le 29 mai 2004, La Voix du nord nous apprend que la Chambre Régionale des Comptes n’entérine pas le budget 2004 :

    -         Un certain nombre de recettes sont surestimées, en particulier celles liées à des ventes de biens et de terrains

    -         Un certain nombre de dépenses sont sous estimées

     Gérard Dalongeville se contente de s’en reporter à la séance du 17 juin 2004 durant laquelle le Plan Local d’Urbanisme sera voté. Il affirme avoir fait un gros travail de nettoyage des comptes de la Commune.

     

    Il faudra attendre octobre et l’arrivée des feuilles d’automne des services fiscaux pour que la colère atteigne son paroxysme. Le vent de la révolte souffle en tornade.

    «Les gens nous disaient que cela ne suffisait pas. Alors on a décidé d’organiser une manifestation » relatait Christine Coget en évoquant l’initiative populaire d’un collectif CCHPPDC (Collectif des Contribuables Héninois Pris Pour Des Cons)

    Les démissionnaires du PS Christine Coget et Thierry Deneuville font le chemin du rassemblement autour de ce projet, rassemblant désormais la plupart des composantes de la vie politique Héninoise située dans l’opposition municipale ; les verts, le MRC Georges Bouquillon, Daniel Duquenne et quelques fidèles ne pouvant défiler sous la bannière du PS, et cette lutte étant le combat de chacun, le FN se joindra au cortège. Jean Marc Bureau et ses amis appelleront les commerçants à symboliquement baisser leurs rideaux le samedi 16 octobre de 15h à 16h.

     

    VDN du 12 octobre 2004 : « Alors que Daniel Duquenne aura proposé à la section héninoise de rejoindre le mouvement, ce dernier se serait vu opposer un tir de barrage de la part de certains camarades, dont, tiens-tiens, un certain Jean-Luc Lottegier, ce dernier jouant déjà en conseil municipal le rôle de pivot entre le PS (dont on ne répétera jamais assez le rôle ambigu de la fédération départementale quant au dossier héninois) et Gérard Dalongeville. Une opposition que certains analysent déjà comme les prémices d'une imminente lutte de pouvoir entre l'anti-Dallongevilien convaincu, Daniel Duquenne, et M. Lottegier, qui fut déjà antan secrétaire de la section, et symbolise aujourd'hui la ligne réconciliatrice, se démarquant en l'occurrence définitivement de l'emprise de son ex-mentor, Pierre Darchicourt. »

     

    La manifestation est organisée pour le samedi 16 octobre avec rassemblement sur le parking du collège François Rabelais. 600 personnes se déploieront dans la rue ce samedi après midi en scandant à la volée  « Dalongeville démission » ou « Dalongeville, t’es foutu les Héninois sont dans la rue ».

    Quelqu’un dira : « Aujourd’hui ce qui importe c’est d’exprimer notre mécontentement. On a tous un ennemi commun c’est Dalongeville qui c’est fichu de nous… ». Les manifestants s’arrêteront au niveau du domicile du Maire pour clamer sa colère. Puis le cortège prit la direction de la Mairie.

    Mme Coget prit la parole devant la Mairie « Pour la première fois des citoyens ont manifesté leur colère contre le Maire et son équipe » « Nous avons demandé une entrevue au préfet afin d’obtenir un étalement de la dette sur 6 ans… »

    Puis Thierry Deneuville prit la parole, stigmatisant l’inconscience et l’incompétence du Maire qui sont la cause des maux qui frappent cette ville…

    Bien sûr, j’étais dans cette foule. J’ai pu parler à certains collègues en retrait sur chemin par peur de représailles mais en plein accord avec le mécontentement exprimé.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :